USEK: Universite Saint-Esprit De Kaslik USEK: Universite Saint-Esprit De Kaslik
E-Learning Webmail Mail Étudiant My USEK BANNER E-Portfolio Nous Ecrire Téléchargements
Chercher

Recherche Avancée
Selectionnez un ou plusieurs critères
Par Section
select
Par Catégorie
select
Par Année
select
Par Mois
select
Par Mot(s) clé(s)
  Imprimer
Courriel
Elargir la taille des caractèresRéduire la taille des caractères
 
 
 
Actualités
Section: Faculté de Philosophie et des Sciences Humaines
Regards pluriels sur l’enfance souffrante au Liban
La Faculté de Philosophie et des Sciences Humaines de l’Université Saint-Esprit de Kaslik (USEK) a organisé, le vendredi 22 mars 2013, un séminaire sur « L’enfance souffrante au Liban ». Le Doyen de la Faculté, Dr Hoda Nehmé, a inauguré l’événement en signalant que « la jeunesse au Liban est sensible aux problèmes de la société, particulièrement aux problèmes de l’enfance agressée et délaissée ». Elle a, par ailleurs, ajouté qu’il est nécessaire de sensibiliser la population sur la maltraitance des enfants au Liban et dans le monde dans le but d’éveiller la conscience et la foi des gens. Elle a déclaré : « Il est nécessaire de changer notre manière de penser et d’élaborer de nouveaux modes de vie. Nous devons donc lutter contre la corruption qui augmente les cas de maltraitance infantile. L’enfance agressée n’est pas seulement le produit d’une mauvaise éducation parentale, elle est aussi une des conséquences de la guerre et de ses séquelles contraignantes qui s’expriment au travers de l'exode, de la pauvreté, de la détresse, de l'anxiété et surtout de la crainte du lendemain. »

Au cours de la première séance, animée par Dr Nadine Zalaket, le Dr Christiane Saliba Sfeir de l’Université Libanaise a abordé les réflexions psycho-sociales sur l’enfance agressée au Liban. Elle a souligné que la violence contre les enfants est brièvement évoquée dans l’article de loi 422 du droit libanais. Elle a parlé des « formes de violence psychique, psychologique et sexuelle qui nous mènent à réfléchir sur les raisons qui facilitent et encouragent cette situation au
Liban ».

Dr Rolla Lebbos de l’Union pour la Protection de l’Enfant Libanais (UPEL) a présenté un exposé détaillé sur la législation relative à la protection des enfants au Liban. Elle a, de même, évoqué les dispositions de la Convention sur les droits de l’enfant tout en soulignant que le Liban a ratifié cette convention en 1990, ce qui a eu pour effet de soumettre la législation libanaise à toutes ses recommandations et dispositions.

Durant la seconde séance, animée par Dr Magdalena El Khazen, les associations Dar El Amal, Beitouna, l’Union pour la Protection de l’Enfant Libanais et Save the Children ont, tour à tour, témoignés. Les recommandations ont été recensées à la fin du séminaire.
 
© 2010 USEK. Tous droits réservés