USEK: Universite Saint-Esprit De Kaslik USEK: Universite Saint-Esprit De Kaslik
E-Learning Webmail Mail Étudiant My USEK BANNER E-Portfolio Nous Ecrire Téléchargements
Chercher

Recherche Avancée
Selectionnez un ou plusieurs critères
Par Section
select
Par Catégorie
select
Par Année
select
Par Mois
select
Par Mot(s) clé(s)
  Imprimer
Courriel
Elargir la taille des caractèresRéduire la taille des caractères
 
 
 
Actualités
Section: Kaslik - Campus principal
Séminaire sur l’organisation et le profil des études doctorales
Sous le patronage et en présence du Ministre de l’Enseignement Supérieur au Liban, Son Excellence M. Hassan Diab et dans le cadre du programme Tempus de l’Union Européenne, l’Université Saint-Esprit de Kaslik (USEK) a organisé, les 11 et 12 mars 2013, un séminaire thématique pour les Experts de la Réforme de l’Enseignement Supérieur (HERE), intitulé
« L’Organisation et le profil des études doctorales ». Le séminaire s’est tenu à l’Auditorium Jean El Hawa en présence du Directeur Général de l’Enseignement Supérieur au Liban, M. Ahmad Jammal, du Recteur de l’Université, le Révérend Père Hady Mahfouz, de la Directrice du Bureau Régional de l’Agence Universitaire de la Francophonie, Mme Salwa Nakouzi, des membres du Conseil de l’Université ainsi que des Experts de la Réforme de l’Enseignement Supérieur et des membres des comités éducatifs de nombreuses institutions de l’enseignement supérieur.

La Directrice du Bureau des Relations Internationales, Dr Rima Mattar a inauguré le séminaire en déclarant :
« Aujourd’hui, le rôle des institutions de l’enseignement supérieur n'est pas uniquement d’appliquer un processus de formation, mais doit également créer et promouvoir des finalités basées sur la qualité de l’éducation. Il appartient aux institutions de l’enseignement supérieur de renforcer les capacités des dirigeants de demain. »

Le Coordinateur du Bureau National Tempus au Liban, M. Aref Al Soufi a indiqué que « le séminaire thématique a été récemment mis en place et présenté par Tempus dans le cadre des Experts de la Réforme de l’Enseignement Supérieur ». Il a ajouté : « Tempus a été lancé au Liban en 2002 et, depuis, il est devenu un point de repère pour le secteur de l’Enseignement Supérieur au Liban. » Il a déclaré que ce programme a eu un impact positif sur l’enseignement supérieur en soulignant ses deux aspects : la culture de la réforme et l’ouverture.

M. Klaus Haupt, Chef d’Unité pour le programme Tempus et la Coopération Bilatérale avec les pays industrialisés, Agence exécutive « éducation, audiovisuel et culture », CE, Bruxelles, a signalé que ce séminaire compte environ soixante participants issus des pays partenaires de Tempus. Il a, de même, remercié l’Université Saint-Esprit de Kaslik (USEK) et a loué le Conseil d’Experts pour leurs efforts déployés pour le développement des politiques d’Enseignement Supérieur. Il a souligné que l’Union Européenne finance ce programme dans le but de faciliter la coopération entre les universités.

La Directrice de la Section de Coopération de la Délégation de l’Union Européenne, Mme Paola Lopez a par la suite déclaré : « L’Union Européenne soutient, depuis de nombreuses années, le développement de l’enseignement supérieur au Liban et qui demeure une des priorités du nouveau plan d’action au Liban pour 2013-2015. » Pour elle, les Experts de la Réforme de l’Enseignement Supérieur préservent la réforme de l’enseignement supérieur au Liban, visent à anticiper les défis auxquels l’enseignement supérieur est confronté et consolident la qualité de l’enseignement supérieur et les ressources nationales.

Suite à la projection d’un documentaire sur l’USEK, le Recteur de l’Université, R. P. Hady Mahfouz, a pris la parole en souhaitant la bienvenue aux participants et a annoncé : « Le programme Tempus est le moteur principal de la coopération institutionnelle internationale et l’importance de ce séminaire couvre principalement trois formes : premièrement, le sujet abordé qui reflète le pilier principal de l’enseignement supérieur et le tremplin pour la qualité de l’éducation. Deuxièmement, les Experts de la Réforme de l’Enseignement Supérieur qui sont chargés de moderniser et développer les outils adéquats qui feront progresser l’enseignement supérieur dans les différents pays de l’Europe et au Liban. Troisièmement, le contexte dans lequel s’inscrit ce séminaire qui revêt une importance primordiale. Au cours des dernières années, l’enseignement supérieur a assisté à une mondialisation sans précédent visant à diffuser “les cultures variées” entre les jeunes et créant continuellement une nouvelle “connaissance” inspirée du large éventail des contextes éducatifs qui sont devenus non seulement ouverts l’un par rapport à l’autre mais également harmonieusement liés. La mondialisation peut faciliter le progrès de l’enseignement supérieur et permettre l’échange d'expériences et d’expertises. »

Finalement, le Ministre de l’Éducation et de l’Enseignement Supérieur au Liban, S. E. Pr. Hassan Diab était heureux de signaler que « le Liban a accueilli ce séminaire régional sur les “études doctorales”, d’autant plus que le Ministère de l’Éducation et de l’Enseignement Supérieur avait réalisé depuis quelques semaines l’élaboration du décret portant sur l’organisation des études doctorales dans les universités au Liban. Comme vous le savez, l’institutionnalisation et la gestion des études doctorales se situent au cœur de l’enseignement supérieur caractérisé par son rôle de catalyseur de développement et de diffusion de la connaissance et notamment de stimuler les activités de recherche. » Il a poursuivi :
« Au Ministère, nous tenons à préserver l’enseignement supérieur, la clé de la réussite et de l’excellence, et nous nous sommes engagés à maintenir les normes de qualité et à être capable de faire face à la concurrence régionale et internationale. Le Liban doit se tenir au fait des derniers développements dans le secteur de l’Enseignement Supérieur et surtout en Europe. Le Liban doit s'appuyer sur l’aide apportée par les programmes de coopération européens afin de poursuivre son agenda de réforme et de développement. Je voudrais à cette occasion mettre l’accent sur les énormes contributions de l’Union Européenne et notamment les projets de Tempus à l’égard des réformes essentielles pour l’enseignement supérieur. Dans ce contexte, le Ministère avait signé de nombreux accords bilatéraux et multilatéraux avec des pays et des fédérations et a apporté son aide et son expertise aux divers programmes de coopération entre les universités libanaises et d’autres universités étrangères, principalement européennes. » S. E. Pr. Diab a clôturé : « Le programme Tempus a renforcé la dimension internationale de l’Enseignement Supérieur au Liban. Le réseautage que nous percevons aujourd’hui entre les universités libanaises et étrangères, souvent créé par Tempus, est devenu la méthode la plus efficace pour développer les compétences et transmettre l’expertise ainsi que les meilleures pratiques. Tempus est certainement un des programmes les plus développés et fructueux au Liban et cela s’explique principalement par les bureaux nationaux créés dans les pays partenaires et la flexibilité de la structure adoptée par le Bureau National Tempus au Liban en tant qu’unité indépendante placée sous l’égide du Ministère. N’oublions pas le rôle important des Experts de la Réforme de l’Enseignement Supérieur au sein du Bureau National Tempus au Liban qui ont assuré le soutien des institutions de l’enseignement supérieur dans chaque étape de leur développement et surtout en ce qui concerne les aspects liés au processus de Bologne. L’activité des Experts de la Réforme de l’Enseignement Supérieur est un apport supplémentaire pour le Bureau Tempus et un gage d’excellence dans l’exercice de ses fonctions. Nous tenons à poursuivre ce mode de fonctionnement dans le cadre du nouveau programme unifié “Erasmus pour tous” qui constituera le nouveau cadre de partenariat et de coopération. »
 
© 2010 USEK. Tous droits réservés