USEK: Universite Saint-Esprit De Kaslik USEK: Universite Saint-Esprit De Kaslik
E-Learning Webmail Mail Étudiant My USEK BANNER Nous Ecrire Téléchargements
Chercher

Recherche Avancée
Selectionnez un ou plusieurs critères
Par Section
select
Par Catégorie
select
Par Année
select
Par Mois
select
Par Mot(s) clé(s)
  Imprimer
Courriel
Elargir la taille des caractèresRéduire la taille des caractères
 
 
 
Actualités
Section: Faculté des Lettres
Colloque international sur la modernité globalisée et l'identité culturelle dans les écritures des émigrants arabes
Le jeudi 25 avril 2013, la Faculté des Lettres de l'Université Saint-Esprit de Kaslik (USEK) a organisé un colloque international intitulé « La modernité globalisée et l’identité culturelle dans les écritures des émigrants arabes ».

Après l'hymne national libanais, le Chef du Département de Langue et Littérature Anglaises, Dr Rosie Ghannage, a déclaré au cours de son discours de bienvenue : « J'espère que cet événement nous permettra de faire la connaissance de quelques écrivains libanais émigrants qui ont influencé notre pensée sociale et politique et ont harmonisé les différences culturelles, tout en préservant leur identité originale. »

Le Doyen de la Faculté des Lettres, le R. P. Dr Karam Rizk, a confirmé plus tard que « la littérature authentique ne meurt jamais, parce que sa mort pourrait déboucher sur un suicide collectif, et que la mission de la littérature est de surmonter les difficultés, quelles qu’elles soient sévères, et de créer de nouveaux horizons, malgré le désespoir et la crise ». Il a ajouté : « La littérature pose des questions dangereuses liées au destin de l'humanité en tout moment... La modernité, c'est l'innovation et la création... C'est un don gratuit qu’on nourrit et qu’on développe au cœur de l’esprit de notre entourage. Ensuite, le P. Dr Rizk a élucidé dans son discours les définitions énigmatiques de l'identité, de l'immigration et de la mondialisation. Il a conclu : « Notre ambition est l'absolu, et si nous nous contenterons de l’amour seul dans ce monde globalisé, nous serons les plus tristes des gens, parce que les êtres humains n'ont pas été créés uniquement pour ce monde. Nous aspirons à l'Absolu, à Dieu, le Dieu de bonté, de justice et de beauté. Si la littérature n’aspire pas à cet Absolu, elle deviendra dévaluée... »

La séance d'inauguration s'est terminée en musique avec la chanteuse Rafqa Farès, une étudiante à la Faculté de musique. Il s’en est suivi les différentes sessions du colloque.
 
© 2010 USEK. Tous droits réservés