Recherche

2013-2014
Mirna Abboud Mzawak, Les familles maronites face à leur Maronité

Mirna Abboud Mzawak
Les familles maronites face à leur Maronité

Les familles maronites, comme toute autre famille, sont considérées comme matrice primaire socio-ecclésiale et socioculturelle. C’est par elles que se constituent et se clarifient les composantes sociales, culturelles et ecclésiales de la Maronité.

La Maronité n’est pas détachée de son environnement social global, au niveau patriotique, religieux, politique, culturel, éducatif et économique. Les familles, sont ainsi de manière directe et indirecte en interaction avec cet environnement, et constituent pour les générations futures le filtre à travers lequel se constitue la perméabilité entre les composantes dudit environnement et celles de l’espace familial.

La présente recherche, à travers tous ses niveaux, ne prétend pas délimiter la Maronité historique et identitaire, mais d’en dégager des piliers fondateurs ainsi que des points réguliers référentiels en fonction desquels pourrait être investigué le positionnement des familles maronites au Liban. Ces points référentiels touchent les fondations, les composantes ecclésiales, spirituelles et institutionnelles de la Maronité, ainsi que les dimensions constitutives de la famille maronite au Liban en termes de profils structurels et de vécu socio-ecclésial et socio-spirituel. Or, penser la Maronité en relation avec les familles maronites ne vise pas à les détacher de leur tissu sociétal et culturel, mais les situer dans la perspective d’une recherche sur le soi maronite centrifuge, dans lequel la Maronité sur les plans individuel, collectif et institutionnel se retrouve avec elle-même pour s’ouvrir en connaissance de soi sur l’autre.

Cette recherche investigatrice de la Maronité perçue et vécue par les familles maronites ne prétend pas être exhaustive, mais vise à constituer une base fondatrice à un processus de recherches – actions et de construction réflexive et stratégique dans tous les champs et espaces socio-ecclésiaux maronites. Dans cette perspective, les cibles et les outils d’investigation ont été élargis pour donner de la consistance à ladite base fondatrice en termes de résultats et de données analytiques aux deux niveaux quantitatifs et qualitatifs de la recherche.

C’est ainsi que la part initiale et initiatrice de la recherche est constituée des données recueillies sur la Maronité, dans toutes ses composantes. Cependant, des circonstances académiques et ecclésiales y ont fait intervenir un volet qui a pris place de manière complémentaire. Il s’agit d’une demande adressée par le Comité de suivi du Synode patriarcal maronite au chercheur titulaire de la présente recherche afin d’effectuer une investigation pratique sur les niveaux de réception du Synode patriarcal maronite.

Le but principal de la recherche axée sur le Synode patriarcal maronite est de fonder la planification des actions post-synodales, ainsi que les prochains synodes sur une connaissance claire et éclairante de la réalité ecclésiale maronite dans ses différents composants. Elle vise à déceler et à délimiter comment les différents concernés ont pu ou pas appréhender les textes du Synode, quelles sont leurs attentes vis-à-vis de ces textes et comment se positionnent-ils par rapport aux actions proposées.

Sur le plan scientifique, l’intégration développante de l’axe relatif au Synode patriarcal maronite n’a pas constitué un corps étranger dans la recherche sur la Maronité perçue et vécue par les familles, l’expérience synodale étant une partie constitutive de la nature de l’action ecclésiale et de la Maronité elle-même. Le contenu portant sur la part post-synodale de la recherche a donc élargi le spectre d’investigation et d’analyse, ainsi que la taille des échantillons adoptés tant au niveau quantitatif qu’à celui qualitatif.

Les deux recherches regroupées ensemble, dans un même corpus, portent sur les axes suivants :

  • La perception que les enquêtés ont de la Maronité en termes de fondations et de civilisations, de caractéristiques et de positionnement cognitif. C’est ainsi que cet axe porte sur les fondations en termes de personnes et de civilisations, sur les caractéristiques de la Maronité, surtout celles rattachées au monachisme, à l’ascétisme, à l’érémitisme et au caractère patriarcal de l’Église maronite, ainsi que les niveaux de connaissance que les enquêtés ont vis-à-vis de l’histoire et des composantes spécifiques de la Maronité.
  • La perception du profil structurel des familles maronites actuelles.
  • La perception du profil actuel du vécu socio-spirituel et socio-ecclésial des familles maronites.
  • La perception que les enquêtés ont de la présence de l’Église maronite, à travers les personnes, les instances et les institutions, dans tous les secteurs de vie des maronites.
  • La perception des niveaux de réception des textes et des actions du Synode patriarcal maronite.
  • La spécificité maronite comme consolidatrice de la diversité interactive aux niveaux sociétal et culturel.

Une Maronité socio-ecclésiale qui perdure en tout espace et en tout temps est certes un souci porté par tous les maronites, tant au niveau individuel qu’à celui institutionnel et collectif. La présente recherche avec sa part post-synodale se sont voulues être une brèche scientifique favorisant à la fois une prise de conscience de la nécessité de placer l’Être maronite parmi les priorités stratégiques des actions socio-ecclésiales, et de se présenter comme coup d’envoi à un processus d’action réflexion et de recherche-action consolidants de la Maronité institutionnelle ayant une fidélité stratégique à ses fondements. 

Abonnez-vouz à notre newsletter
© Tous droits réservés 2019
Connectez-vous